Post terminal !

Voilà : plus de place !

Mais pas d’inquiétude vous pouvez toujours me suivre ici :

http://regeneration2017.unblog.fr/

 

myselfie

à bientôt !

Ciel de Bretagne mai 2019

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

collage 2019

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Collage 2019

vcandida leprosa

Candida Leprosa

étude des phonèmes en milieu urbain

Le Chant des Sirènes

Hier au soir, tout du moins c’était l’heure qu’il était à ma montre à ce moment-là, le professeur Toufette et moi avons fait une découverte des plus étonnantes en nous penchant plus avant sur la vie des phonèmes. Bien sûr, comme toute scientifique qui se respecte nous avons pris nos précautions avant de nous pencher de la sorte, si bien qu’une fois encorder à double tour, nous nous mîmes à l’oeuvre sans tarder.

Exemple typique de scientifique qui se met à l’oeuvre sans tarder :

  dr5

Certes, d’aucuns se seraient simplement contentés de poser dans un labo et de mimer une mine laborieuse, arcbouté sur un microscope, mais sachez que dans notre labo perso, c’est du sérieux qui se passe. Du vrai travail intellectuel dur et usant… et sans subvention d’aucunes sorte pour faire bonne mesure ! Enfin, revenons au sujet de nos études à moi et au Dr Toufette : la véritable nature des phonèmes.

Pour simplifier, étant donné que nous utilisons parfois mon collègue et moi, d’un vocabulaire dès plus complexe, je vais vous reproduire chronologiquement et par écrit l’ensemble des étapes de l’expérience que nous avons entreprises.

1) La découverte du phénomène

a) Contexte de l’expérience

Maître Toufette et moi partagions un vieux sandwich oublié par notre concierge commun quand retentit la sonnerie du téléphone :

dr4

Alors que je m’apprêtais à me saisir du combiné, mon collègue et néanmoins ami, retint mon mouvement de déplacement en me retenant par le bras… J’objectais dans ces termes : « Mais enfin qu’est-ce qui te prends ? » (le Dr Toufette et moi nous connaissons depuis cinq ans maintenant, d’où le tutoiement)  » Attends et écoute… », répondit-il. Ce que je fis jusqu’à l’extinction du signal sonore, qui ne tarda pas à s’arrêter, l’auteur de cet appel n’ayant visiblement pas que ça à faire, celui-ci stoppa brusquement.

Exemple typique d’un auteur d’appel ayant autre chose à faire que d’attendre qu’on décroche :

what2

Une fois que je fus pleinement remis de mes émotions, le Dr Toufette m’expliqua sa théorie :

_Tu as bien entendu comme moi, je n’ai pas eu d’hallucination sonore, nous avons bien entendu tous les deux dring-dring ?

Ce à quoi je répondis :

_Oui ou bien drelin-drelin.

_Précisément…

b) Précision du contexte

Il serait quelque peu rébarbatif de reproduire ici l’ensemble de notre échange aussi vais-je vous en faire une synthèse simplifiée. En gros, Maître Toufette m’expliqua que le tout à chacun du commun des mortels avait pour chacun de ses représentants, une manière d’envisager le son bien différente de celle de son voisin. Donc, il fallait réussir à trouver un point de convergence de toutes ces représentations, pour que la science en sorte grandie.

Exemple typique de science qui agrandi :

0Science

Je dois admettre qu’une telle expectative emplissait mon coeur d’envie et de passion, et tel Albert Einstein cherchant ses clés, je me mis à l’oeuvre, microscope dans la main gauche, bec Bunsen dans la main droite et quantité de fioles de toute taille accroché à ma cartouchière. Toutefois, et comme cela arrive comme souvent, le Professeur Toufette calma mes ardeurs et m’expliqua en toute bonne foi que l’étude de ce phénomène n’avait pas lieu de se faire au moyen de mes instruments préférés. Bien que dépité par une telle révélation, je décidais de faire contre mauvaise fortune bon coeur et rangeait mon attirail dans la commode prévue à cet effet, à défaut de mettre mon cul dessus (sur la commode, s’entend). Maître Toufette me proposa ensuite de le rejoindre à son bureau et de compiler avec lui la liste des sons qui font la vie courante plus colorée que sans. Ce qui nous amène au point numéro 2 : L’exploration du phénomène.

    1. L’exploration du phénomène

Ainsi donc, nous listâmes pendant de longues minutes interminables, le nombre de bruits qu’il nous faudrait isoler et étudier pour donner corps à notre découverte commune, bien qu’il est vrai que le Dr Toufette avait fait le gros du travail. Ceci expliquait peut-être, ce pour quoi, j’avais beaucoup de mal à me concentrer, en effet je songeais à mes ustensiles de laborantin, et développais quelque mélancolie à leur endroit.

Exemple typique de mélancolie laborantine à l’endroit d’un matériau de laboratoire :

 tumblr_mw2b069Bv71qg39ewo1_500

Aussi quand mon collègue me proposa de comparer nos notes, n’y avait-il que deux suites de consonnes sur ma feuille :  » Tssss” et “Pfff”. Le Dr Toufette secoua la tête comme à son habitude et m’expliqua qu’il s’agissait de bruits de bouches et non de phonèmes mécaniques comme ceux que nous devions étudier. Je tentais alors de me remettre à l’ouvrage, illustrant en même temps par l’exemple sonique, de mes suites de consonnes inscrites sur ma feuille A4. Mais, le Dr Toufette ne l’entendit pas de cette oreille et me tendit sa feuille à lui où qu’il y avait écrit plein de son dessus. Ce qui nous amène au point numéro 3, à savoir  » l’étude du pin-pon « 

    1. L’étude du pin-pon

Évidemment, sur la feuille que le Professeur Toufette avait remplie de quantité de phonèmes mécanique, il fallut bien choisir quelque chose. Mais comment faire pour choisir entre :

Taratata :

exemple typique de faux ami

 contresens

Gling-gling-clong :

exemple typique d’un bruit de quelque chose qui dégringole

roulé boulé

Plouf :

exemple typique de bruit aquatique

water drop 2

flok-flok :

exemple au combien représentatif 

flok-flok-la-petite-goutte-d-eau 

Bling-bling

exemple explicite :

money

Ding-dong

exemple parmi tant d’autres

Hello Guys !

J’en passe et des meilleurs… Mais après divers échanges plutôt courtois entre nous, nous nous mîmes d’accord pour étudier le “pin-pon” autrement dit le bruit qu’émet la sirène de l’ambulance, ou celle des pompiers ou celle de la maréchaussée. Bien sûr, “pin-pon” peut avoir d’autre sens comme :

« La forêt de pin-pon »

 wildfire-1138193_960_720

Mais sachez que ça s’écrit pas pareil, (vérifier sur Internet si vous me croyez pas, en ouvrant un nouvel onglet sur votre navigateur, ou en cliquant ici. Ce qui d’ailleurs ouvrira un nouvel onglet instantanément, magie de la science informatique aidant).

Attention aussi à ne pas confondre  » pin-pon  » avec

pompon :

 pompompom

ni avec pain à l’oignon :

 pied de la lettre

c’est de toute manière assez simple étant donné que ça se prononce pas pareil.

Exemple typique de trucs qui se prononcent pas pareil :

 ne pas confondre

Mais, revenons au champ d’exploration choisi en toute connivence par moi et le Dr Toufette, à savoir le chant des sirènes des ambulanciers, des pompiers et des policiers. Il nous fallait donc l’étudier avec soin, sans à priori et pour donner plus de relief à notre théorie naissante, nous décidâmes de tenter l’expérience “in vivo” en appelant de vive voix, mais à mots couverts ces différents agents des services publics pour qu’ils viennent sous nos fenêtres nous faire la démonstration de leur cri de ralliement à deux notes.

Exemples d’expérience « in vivo » effectuées de vive voix :

a)

baby ice

b)

daddy

Mais revenons à nos phonèmes. D’abord il vous faut bien comprendre, que quand la vérité vous tend les bras, il ne faut pas y aller de main morte, mais bien à pieds joints ce que fit mon éminent collègue en usant de talents d’imitateur que je ne lui connaissais pas. Car pour le coup, il aurait pu tout aussi bien s’appeler Maitre Toufik, tant sa voix prit alors une coloration moyen-orientale des plus crédible.

Exemple de mime par la voie crédible :

 tumblr_n2ydjnx4hp1tpmgf1o1_400

ou :

En usant de celle-ci, il prétendit qu’une bombe s’apprêtait à exploser dans l’immeuble en face de notre labo et raccrocha notre combiné commun juste après. ( En ces temps troublés que nous vivons, je dois dire que j’ai eu un petit mouvement de recul quant au choix de mon éminent collègue de son modus operandi in vivo, mais le résultat ne se fit pas attendre assez longtemps pour que je développe une crise de conscience subite.)

a) exemple typique de temps troublés :

 avion

b) exemple typique de crise de conscience subite :

 poupi

Nous nous installâmes donc à la fenêtre de notre labo, et n’eurent que peu de temps à attendre avant de pouvoir commencer notre expérience. En effet, les forces de l’ordre, de la santé et la sécurité arrivèrent très vite sur les lieux, et le génie musical de mon collègue aidant nous pûmes définir des différentes tonalités utilisé par nos confrères des services publics.

Police :« ré-la… » d’une demi-seconde chacune.

Pompiers : « si-la… » d’une seconde chacune.

Ambulance : « fa-la… » d’une demi-seconde chacune.

Nous avions à présent observé le phénomène, mais, après cette étude en temps réel, le mystère restait entier.

Exemple typique de mystère qui reste entier :

 sarko1

 

En effet, autant le Dr Toufette que moi même, n’avions pas la même représentation des sons que nous venions d’écouter. Pour moi, c’était dur genre ti-tou-ti, ti-tou-ti pour la Police :

 ti-tou, ti tou pou les pompiers:

et tou-ta/tou-ta pour les ambulanciers:

Pour le Professeur Toufette ça sonnait plus comme pi-pou-pi pour les gardiens de la paix :

 pou-pa, pou-pa pour les pompiers :

et pou-pa, pou-pa pour le personnel hospitalier véhiculé :

Donc il nous fallait comprendre d’où venait cette expression phonémique pin-pon-pin, que ni le Docteur Toufette ni moi, n’accréditions dans nos propos descriptifs suite à l’écoute des différents avertisseurs de la force publique. Nous nous remîmes donc à l’ouvrage face à une feuille blanche, où chacun de nous étant sensé élaborer des théories sur l’origine de cette suite de syllabe correspondant à un phonème et utiliser par les Français pour décrire un son mécanique. Or quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris après dix minutes passées à m’échiner, stylo à bille en main plaqué sur la feuille, que rien n’était venu à l’esprit de mon éminent collègue !

Exemple typique de page blanche :

 rose

Chou blanc ! il n’avait rien écrit sur sa feuille, pourtant fort bien installée sur son pupitre à équidistance de son appareil oculaire et cognitif et tout à fait appréhendable par son organe digital dans toute sa mesure ! Mais voilà ! où ce cher docteur se trouvait-il donc maintenant ? Dans les choux !

Exemple typique de chou :

chou

J’aurais bien eu envie de secouer la tête comme lui le fait si souvent en me regardant parfois me tromper, mais baste je n’avais pas l’esprit retors et cruel d’une quelconque starlette de téléréalité et passait mon tour sur le chemin de la rancune. Et en toute bonne foi je lui présentais mes idées, qui contrairement aux siennes avaient le mérite d’exister… Ce qui nous amène au point n° 4 : De l’origine du pin-pon.

  1. L’origine du pin-pon

De mon côté, j’avais travaillé comme un forçat turc, d’arrache-pied en allant au bout des limites de ma résistance pourtant dure à échauder et montrais ma feuille au bon Docteur Toufette, qui certes n’avait pas démérité dans la poursuite de cet effort, mais bon à part quelque goutte de sueur sur sa feuille perso, y’ avait pas grand-chose de concret dessus non plus.

Exemple typique de feuilles où qu’y a eu un travail dessus :

 panique-a-messy

Exemple typique de feuilles qu’une feignasse a eu en sa possession :

 41usR9ENn-L._SX328_BO1,204,203,200_

Sur la mienne, par contre, il y avait du vrai, du dur, du concret, du grand intellect qui fait se sentir plus fort. Mais cessons là ces digressions à la bienséance, si méritées soit-elle, pour en venir au vif du sujet. À mon sens et après donc y avoir longtemps réfléchi, le phonème pin-pon, vient de ping-pong, tant il est vrai que la cellulose s’enflamme vite. Et qui dit cellulose dit balle de tennis de table, et donc balle de ping-pong dans la vulgate populaire : CQFD”, m’empressais-je alors de déclarer au nez et à la barbe de mon collègue, dont l’éminence me paraissait de plus en plus douteuse à mesure que j’y regardais de plus prêt.

Exemple typique d’éminence douteuse :

éminence

Car enfin bon, une telle évidence aurait dû lui sauter aux yeux bien plus vite qu’à moi-même ! À bien y réfléchir, je me demandais alors si son diplôme de “Docteur” n’était pas une contrefaçon… D’ailleurs était-ce bien Rafik Toufette que j’avais en face de moi ? Peut-être était-ce un agent étranger venu m’arracher mes secrets dans mon sommeil au moyen de filtres empoisonnés qu’il aurait subrepticement glissés dans mon thermos ? Mais je réalisais bien vite de mon manque d’à-propos en la matière quand il secoua la tête de son inimitable manière en levant les yeux au ciel. Aussitôt je me jetai dans ses bras, heureux d’avoir retrouvé mon collègue, et très satisfait de découvrir que :

a) Il n’était pas un agent de l’étranger venu m’arracher mes secrets.

 running moustache

b) Il ne gisait pas sur le sol d’une quelconque geôle puante, loin des siens et de son café porto du dimanche, puisqu’il était là.

 aarrggg !!

Cependant, pourquoi secouait-il donc la tête !?

Car enfin bon, en tout état de cause, ma théorie avait pour elle le mérite d’être tangible, et contrairement à la sienne elle était rédigée à même ma feuille, et non pas perdu dans une faille spatiotemporelle dont il allait sans nul doute me parler pour justifier de son inconséquence rayon théorie du pin-pon !

Exemple typique d’inconséquence :

 glasse breaker

Alors quoi, il suffisait d’être doctorant et de secouer la tête en roulant des yeux vers le ciel, pour qu’on se confonde en excuses au prétexte qu’il y a peut-être une faille dans ma théorie !? Sans plus attendre je m’emparais de nouveau de mon bec Bunsen et chercha dans la commode à objet divers, une quelconque balle de ping-pong qui traînait dans les parages pour lui faire passer l’épreuve du feu, et ainsi donner du corps à mon propos, pour qu’enfin cesse ces remuages de tête intempestifs que cette boursouflure indigne qu’était le soi-disant “Docteur” Toufette réalise enfin de quel bois se chauffait les véritables chercheurs, les véritables talents, et qui sont bien plus incroyables que ceux que l’on peut voir sur la sixième chaîne, dont je tairais le nom !

Exemple typique de chaîne dont le nom est tu :

 CHAINETTE

Eh oui, car mon talent à moi allait changer la vie dans son fondement même ! Ainsi plus personne n’entendrait jamais la sirène des pompiers, des flics ou des ambulanciers de la même manière une fois que j’aurais fini ma thèse à ce sujet ! Eh oui, dans l’esprit de toute victime de brûlure ou d’asphyxie, dans l’esprit de toutes les petites vieilles à qui on vient de voler le sac à main, dans le coeur de toute victime d’AVC, mon visage apparaîtra ! Il s’imposera quand résonnera le ré-si ou le fa-la, ou le si-la de leurs sauveurs dont l’arrivée sur les lieux du drame sera annoncée par cette mélodie sublime dont l’origine est enfin en passe d’être trouvé ! Mais voilà, qui fit la fine bouche une fois que j’eus cramé instantanément la balle de tennis de table, qui ? Mais l’infâme Toufette bien sûr !

__ Jean-Jacques, allons, ça ne prouve rien du tout, la cellulose fait juste “chhhh” en brulant, elle ne fait pas pin pon… Quant à ton autre théorie… Eh bien…

__ Quoi mon autre théorie ? Contrairement aux tiennes on peut les lire quelque part ! à la différence des tiennes elles existent de manière vérifiable !

__ Mais enfin tu te rends compte que tu risques la camisole si quelqu’un découvre ça !?

L’infâme Toufette prétendit alors que mon autre théorie pouvait me conduire à l’asile, qu’il se serait d’ailleurs bien vu diriger, à n’en pas douter, pour m’administrer divers traitements qui aurait sans nul doute participé à développer quelque aliénation au coeur de mon cortex si supérieur au sien ! Dieu, qu’elle est laide la jalousie, avais-je alors pensé.

Exemple typique de la laideur de Dieu :

 président

Et sans attendre plus de considérations inconséquentes et viles de sa part, je rejoignis mon bureau avec ma feuille où que j’avais développé d’autres théories que celle de la balle de ping-pong dessus. Ho, évidemment elle n’était pas encore tout à fait au point, mais c’était bien là la marque des misérables que de dénigrer la jeune pousse qui vient de germer ! Comme Rafik me décevait… Ah, si j’avais été une donneuse, comme il aurait été facile d’une nouvelle fois composer le 17 pour renseigner la police et le quai d’Orsay des agissements de Rafik Toufette ce soir de janvier 2013, mais voilà à ma grande âme et mon cerveau à l’avenant, s’ajoutait un coeur d’or que j’avais sur la main, et bien entendu je ne fis rien… Sinon continuer à développer ma théorie du pin-pon, que je vais vous exposer dans ce dernier point… Ou plutôt non, comme dirait l’autre une image vaut mieux qu’un long discours, ce qui nous amène à la Conclusion de nos (mouais…) recherches.

5) Conclusion des Recherches :

tumblr_inline_nbjx9y8NJh1rwk1zy

Exemple typique de lecteur floué dans son envie d’enfin savoir la vérité :

brekball

En espérant que vos esprits auront pu élargir le champ des possibles après consultation de cet article, je vous souhaite bonne continuation quant au reste de vos aventures personnelles, quant à moi et au Docteur Toufette, sachez que je vais m’employer à me rabibocher avec lui, parce que bon, il a quand même bon fond.

Exemple typique de type qui a bon fond :

 myselfie

( cette étude vous a été présenté par Les théoriciens de l’impossible, blogueurs scientifiques de haute voltige, le Dr Rafik Toufette et  Mr Jean-Jacques Jeudimatain)

Collage petit format 2019

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Child on Fire 

 

broken pieces

Broken pieces

 

martrophie

martrophie

 

 

Ciel de Bretagne (Mai 2019)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Collage 2019

manic twins copie

Manic Twins

Collage 2019

cruza libbre copie

Cruza Libre

Collage 2019

Bestérax copie

Bestérax

12345...7



CAMPUSART DE MA MENGXUE |
Floraisonseternelles |
ॐ ] Libertà . Freiheit . Li... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eloisemonmirel
| Lesmystèresdelaphotographie...
| Ozump